Actualités
19/10/2018
Course
Portrait
Up And Quick a tiré sa révérence

Samedi, à New-York, Up And Quick a terminé excellent 3e de l'International Trot. C'était la dernière sortie d’une carrière de courses atypique. Portrait d’un champion.

Up And Quick a tiré sa révérence

31 janvier 2015. Up And Quick (JM Bazire) survole le GP d'Amérique, contenant facilement la belle fin de course de Voltigeur de Myrt. Timoko est 3e. @JLL LeTROT

Le pensionnaire de Philippe Delon (écurie Quick Star), né en Normandie de l’union entre Buvetier d’Aunou et d’une jument ayant disputé 101 courses, Fichtre, n’a rien fait comme les autres. Première singularité : Up And Quick a été entraîné par cinq professionnels différents. Tour à tour, Ake Kristoffersson, Clément Casseron et Bjorn Lindblöm ont veillé sur lui dans sa jeunesse, jusqu’au milieu de son année de 4 ans au haras de Mardilly (Orne). A partir de cette époque, le cheval passe sous la coupe de Franck Leblanc, entre son centre d’entraînement mayennais et celui de Grosbois. Puis, pour clôturer sa carrière, il a été exploité toute cette année par Antoine Lhérété, tout près de là où il fait la monte, au haras de Sassy.

Deuxième singularité : le champion a été drivé par 15 pilotes différents lors des 75 courses qu’il a disputées. Eric Raffin (17 associations) a été le plus sollicité, juste devant Jean-Michel Bazire (16), Franck Nivard (10), Matthieu Mottier (6) et Pierre Vercruysse (5). Neuf drivers étrangers ont eu aussi l’occasion de le mener en compétition, dont les meilleurs scandinaves (B Goop, J Kontio, O Kihlström) et Jason Bartlett aux Etats-Unis.

Troisième singularité : la carrière d’Up And Quick a vraiment démarré en 2012 à l’âge de 4 ans, puisqu’il n’avait seulement disputé que quatre sorties à 2 et 3 ans. Dans cette même génération, il avait en effet un compagnon de boxe, Unique Quick plus précoce et qui s’est chargé de mettre en valeur la casaque maison, remportant le Critérium des 3 ans, le Prix de Sélection puis le Critérium des 4 ans. Up a pris son relais, à partir du printemps 2012. Il a notamment terminé 3e du GP de l’UET couru en Allemagne puis à cette même place dans le Critérium Continental.

Quatrième singularité : Up And Quick gagne son premier Groupe I dans le Critérium des 5 ans, où il atomise le chrono et le record des 3 000 mètres de la Grande Piste, dans la réduction d’1’11’’5. Cette performance de haut vol lui ouvre en conséquence les portes du Prix d’Amérique dès l’année suivante. Dans des conditions climatiques difficiles, il se fait remonter sur le poteau par Maharajah et Orjan Kihlström qui l’ont pisté durant tout le parcours, après avoir fait tout le travail en tête. En guise de consolation, Up And Quick remporte un mois plus tard le GP de Paris et donne rendez-vous à ses fans pour le meeting d’hiver suivant. Cette fois, il obtient son sacre lors du dernier dimanche de janvier. Il s'impose dans le GP d’Amérique, de nouveau associé à Jean-Michel Bazire (revoir la course). S’il ne s’était pas montré fautif quinze jours plus tard au départ du Prix de France, il aurait d’ailleurs peut-être remporté la Triple Couronne, car il a ensuite épinglé un second GP de Paris.

Cinquième singularité : Up And Quick connaît par la suite deux gros pépins de santé, dont une fracture du col de l’ilium (la pointe du bassin). Malgré deux longues interruptions, il va s’en remettre et retrouver, à chaque fois, le chemin de la victoire. Cette année, à 10 ans, Up And Quick a gagné son second Critérium de Vitesse d’Argentan et a réalisé de très grandes performances en Suède (2e de Propulsion dans le Hugo Abergs Memorial) et aux Etats-Unis. Avec 2 300 674 euros glanés, Up And Quick pointe aujourd’hui au 13e rang des trotteurs français les plus riches de tous les temps.

Partagez

FIL INFO

Suivez-nous Pour ne rien manquer
Aller en haut