Actualités
07/01/2019
Trotteur francais
Infos
Akim du Cap Vert prend sa retraite sportive

Franck Anne a annoncé le retrait de la scène sportive de son champion Akim du Cap Vert, trotteur classique et qui avait participé à deux Grands Prix d'Amérique (4ème en 2016 et Disq. en 2017).

Akim du Cap Vert prend sa retraite sportive

©JLL/LeTROT - Akim du Cap Vert et Franck Anne

Akim du Cap Vert a très vite montré beaucoup de vélocité et a participé aux premières épreuves de sélection réservées à sa promotion des trotteurs nés en 2010. C'est au printemps de son année de 4 ans, et après plusieurs tentatives assez malheureuses au plus haut niveau de compétition, qu'il atteint le sommet de sa carrière. Un double sommet même puisqu'il remporte le Critérium des 4 ans devant le favori de l'épreuve à l'époque, Aladin d'Écajeul, mais surtout dans un temps record : 1'11''8. Cette marque de référence sur le parcours des 2850m de la Grande Piste tous âges confondus tiendra très longtemps, jusqu'à mai 2018, quand Enino du Pommereux abaissait le record d'un dixième (1'11''7). Un an après, il allait conclure 2ème du Critérium des 5 Ans d'Ave Avis. Lors des rencontres inter-générationnelles, il se montra moins percutant, à l'exception tout de même de sa 4ème place dans le Grand Prix d'Amérique 2016, ce qui est tout sauf un détail. Akim du Cap Vert a débuté sa seconde carrière d'étalon, en parallèle de la première, depuis 2014 et ses produits comptabilisent aujourd'hui un total de 11 victoires.

Sur les traces de ses éleveurs

Le magazine Trot Infos était allé à la rencontre de son éleveur Michel-Hubert Roussel après sa victoire dans le Critérium, dans son élevage calvadosien. Voici ce qu'on y apprenait (article daté de 2014) :

De bons chevaux sont nés et ont été élevés ici, tels Efuriac, Kriss du Cap Vert, L’As du Cap Vert ou encore Pacha du Cap Vert.Mais, avec Akim du Cap Vert, c’est encore autre chose. C’est la récompense suprême, la cerise sur le gâteau. C’est pour vivre de tels moments qu’on se lève tous les jours ! » Après avoir travaillé en Afrique, y découvrant, pour l’anecdote, avec émerveillement les îles du Cap-Vert, au large du Sénégal - d’où l’affixe choisi pour ses chevaux -, Michel-Hubert Roussel est revenu en France, où il a longtemps dirigé une entreprise spécialisée dans la création et la réfection des pistes, qu’il s’agisse d’hippodromes ou de centres d’entraînement. Unanimement apprécié pour sa compétence et son professionnalisme, il est à l’origine de maints travaux et chantiers, ayant même fait école. Aujourd’hui à la retraite, il a commencé à s’adonner à l’élevage, en parallèle, alors qu’il était encore en activité, s’en remettant à sa compagne pour s’occuper des juments et de leurs produits. « Nous avons aujourd’hui quelque huit poulinières opérationnelles, résume Sylvie Lefèvre. Parmi elles, il y a Prima du Cap Vert, bien sûr, la mère d’Akim, qui est suitée d’une propre sœur de celui-ci et qui a été présentée à Timoko, dont je l’espère pleine. Nous avons aussi de glorieuses juments retraitées, comme Cléra du Pas, la mère de L’As du Cap Vert, notre premier classique, déjà aux soins de Franck Anne, et, surtout, la championne sous la selle Boadicée de Béval, qui nous a donné la bonne Tina du Cap Vert. Toutes deux, âgées, respectivement, de 24 et 25 ans , sont en pleine forme. Nous les mettons avec les poulinières suitées et elles vont même jusqu’à s’occuper des poulains !

Son pedigree

Akim du Cap Vert distingue la production, dense et régulière, du champion pluridisciplinaire First de Retz, double vainqueur du « Cornulier », mais à l’honneur, aussi, dans plusieurs belles épreuves à l’attelage. La lignée mâle est celle, via Podosis et Florestan, de l’illustre américain Star’s Pride. En une classique combinaison, on retrouve, de l’autre côté du pedigree, un certain Speedy Crown, présent ici par l’entremise du père de mère d’Akim du Cap Vert, Cézio Josselyn, lequel excelle, au reste, dans ce rôle, où on lui doit les autres lauréats classiques que sont Saxo de Vandel (Prix de l’Etoile et de Sélection), Thorens Védaquais (Prix des Elites) et Vision Intense (Prix de Vincennes et des Centaures). On voit qu’il y a là, à la fois, des performers attelés et montés, Akim du Cap Vert étant lui-même susceptible d’être essayé, un jour, sous la selle, à plus forte raison en tant que fils de First de Retz. S’il amène Speedy Crown, Cézio Josselyn véhicule également Star’s Pride, aïeul maternel de son père, Armbro Goal. Cela confère à Akim du Cap Vert un inbreeding somme toute traditionnel sur le fils de Worthy Boy (4x5). Pareillement éprouvées sont les consanguinités sur Kerjacques (4x7) et Fandango (5x5x7), voire sur Sa Bourbonnaise (6x7). Plus originale est celle sur Patara (5x4). En provenance du Haras du Vivier, la famille maternelle proche n’est pas avare de gagnants, mais elle fournit, en l’espèce, son premier vainqueur de Groupe I. On y trouve cependant, dans d’autres rameaux, l’exceptionnelle championne de Charley Mills Gélinotte, à l’influence que l’on sait, principalement grâce à son fils, Ura, ainsi que l’excellent élève de Roger Ledoyen Istraéki, qui s’est lui aussi bien continué.

Partagez

FIL INFO

Suivez-nous Pour ne rien manquer
Aller en haut