Actualités
10/05/2020
Grand Prix
En région
Une nouvelle superbe édition du Prix des Ducs de Normandie

Ils seront seize trotteurs à s’élancer mercredi à la conquête du Prix des Ducs de Normandie, l’épreuve majeure à l’attelé sur l’hippodrome de La Prairie à Caen. Une course dont le vainqueur viendra compléter un palmarès où figurent des grands noms du trot tricolore.

Une nouvelle superbe édition du Prix des Ducs de Normandie

©JLL-LeTROT / Bold Eagle (2ème en partant de la gauche) fera partie des champions en lice dans le Prix des Ducs de Normandie mercredi à Caen

JMB, l’incontournable

Quatre des six dernières éditions du Prix des Ducs de Normandie ont un point en commun : Jean-Michel Bazire. L’homme aux vingt Sulkys d’Or s’est en effet imposé à deux reprises à chaque fois avec Aubrion du Gers (2019 et 2018) et Roi du Lupin (2015 et 2014). Mercredi, le professionnel sarthois sera au sulky de son pensionnaire Cleangame pour tenter de conserver son titre une troisième année de suite sur une piste où le fils d’Ouragan de Celland n’a plus couru depuis une victoire à l’automne 2017. Depuis, le hongre aujourd’hui âgé de 8 ans s’est taillé un palmarès à faire des envieux (33 succès en 50 courses au total) et s’est hissé au rang des champions d’exception, son entraîneur allant jusqu’à le qualifier de « meilleur cheval de [ma] carrière ». Depuis le début des années 2000, Jean-Michel Bazire n’a pas raté un seul des « Ducs de Normandie », dont il figure au total à six reprises au palmarès.

Une édition relevée

L’édition 2020 de ce Groupe II disputé sur 2 450 mètres est d’un niveau très relevé. Parmi les seize prétendants, quatre ont ainsi participé au dernier Grand Prix d’Amérique. Un an après sa deuxième place derrière Aubrion du Gers et devant le grand spécialiste de la piste qu’est Bugsy Malone qu’il va retrouver, le champion Bold Eagle est de retour à La Prairie. Les sœur et frère Délia du Pommereux et Enino du Pommereux sont aussi au départ sur un profil de piste corde à droite où la première n’a jamais évolué et le second pas encore brillé. Quant à Bahia Quesnot, c’est la seule des quatre à rester ferrée. S’il n’a pu s’aligner finalement au départ du sommet sportif de la fin janvier, Earl Simon va chercher sur un parcours corde à droite où il débute à marquer des points et surtout les esprits dans l’espoir d’une invitation à l’Eliloppet à Solvalla (le 31 mai).

Voir les partants

 

Partagez

FIL INFO

Suivez-nous Pour ne rien manquer
Aller en haut