Actualités
29/07/2020
Evenement
Le trotteur du moment
Semaine Bold Eagle : deux Grands Prix d'Amérique et une Triple Couronne

Suite de notre semaine spéciale Bold Eagle alors que la légende s'apprête à tirer sa révérence sportive dimanche à Mons en Belgique. Retour sur ses trois monuments : ses deux Grands Prix d'Amérique et sa Triple Couronne.

Semaine Bold Eagle : deux Grands Prix d'Amérique et une Triple Couronne

©JLL-LeTROT / Bold Eagle et son mentor Sébastien Guarato qui aura su magnifier les compétences de son cheval

Bold Eagle était alors au sommet de son art. Il prenait le pouvoir comme un jeune ambitieux que rien n'arrêterait à l'âge de 5 ans puis apposait sa signature sur le trot français de façon indélébile un an plus tard. L'enchaînement en question ? Son premier Grand Prix d'Amérique en 2016 (revoir la course) puis le doublé en 2017 (revoir la course) qui allait servir de rampe de lancement vers la mythique Triple Couronne : Grand Prix d'Amérique - Grand Prix de France - Grand Prix de Paris. Les chronos, le style, la ferveur du public, tout y était. À la manoeuvre, Sébastien Guarato, metteur au point exceptionnel qui aura fait jaillir le meilleur de ce trotteur si près du sang, pas si facile à gérer. Il en a fait une machine à gagner.

Pour se remettre dans le contexte de ces deux hivers exceptionnels, nous avons choisi de publier des extraits des différents contenus publiés alors dans Trot Infos. Tout d'abord le retour sur son premier Grand Prix d'Amérique.

2016

BOLD EAGLE, L'ENVERGURE D'UNE LÉGENDE

Gagner le Prix d'Amérique à 5 ans, seulement quinze trotteurs y sont parvenus depuis 1920. Mais seul Offshore Dream figure sur la short liste depuis que la compétition se déroule sur la « nouvelle piste » de Vincennes (soit depuis 1994) et que la distance est de 2 700 mètres. Comme le susnommé, qui doubla la mise à 6 ans, Bold Eagle pulvérise le record de l'épreuve, tout en s'appropriant celui du parcours. Avec ce surdoué possédant une très grande palette d'aptitudes, on peut pourquoi pas imaginer, qu'à la manière d'un Usain Bolt sur le 100 mètres, il sera capable d'améliorer trois fois de suite sa performance chronométrique. Oui, Bold Eagle a l'envergure d'une légende.

2017

LA CONSTRUCTION DU MYTHE BOLD EAGLE SE POURSUIT

L'an dernier, nous titrions « Bold Eagle, l'envergure d'une légende ». Vu la manière dont il exécute ses rivaux, même les plus coriaces - un grand bravo à Bélina Josselyn, co-artisane, sans oublier le rôle de Timoko, du nouveau record de l'épreuve -, Dame Nature a incontestablement mis dans les mains de Franck Nivard une arme imparable, une sorte d'Excalibur. La construction d'un mythe se poursuit.

Et enfin, dans son édito post Triple Couronne, François Hallopé avait dit :

Édito du Trot Infos mars 2017

En 1976, à 21 ans, je n’avais pas mesuré en effet à sa juste dimension l’exploit réalisé par Bellino II quand il avait remporté la Triple Couronne après s’être imposé dans le Prix de Cornulier. À cet âge, on manque évidemment de recul et de références pour établir une hiérarchie de ses émotions devant les exploits sportifs de nos champions trotteurs. En 1991, quinze ans plus tard, j’avais eu conscience de vivre un moment historique, Ténor de Baune étant le premier cheval de l’histoire du Prix d’Amérique à s’y imposer en ayant préservé son invincibilité. Il ne sera pas imité de sitôt. Cet hiver, Bold Eagle a comblé l’aficionado du trot que je suis, non seulement pour avoir imité son illustre aîné, mais surtout pour les éclairs de pure classe dont il nous a régalés dans le dernier tournant et à l’entrée de la ligne droite du Prix d’Amérique Opodo, des Grands Prix de France et de Paris. À ces instants, quand « Bold » s’est mis à plat ventre, ce fut à chaque fois un pur émerveillement visuel, la puissance de ses battues et leur cadence accélérée se traduisant par un changement de vitesse irrésistible, à vous dresser le peu de cheveux qu’il vous reste droits sur la tête. Avec les derniers cinq cents mètres dont Bold Eagle nous a gratifiés dans ces trois épreuves majeures, on touche du doigt la magie du trot, quand la grande vitesse combinée à l’équilibre des allures font l’excellence de cette discipline. Cerise sur le gâteau, en courant « caché » et non pas « devant et méchant », Bold Eagle est non seulement meilleur que jamais, mais il offre également du spectacle, jouant avec nos nerfs. Chacune de ses victoires a été ainsi associée à du suspense, Franck Nivard n’ayant pas son équivalent aujourd’hui dans l’art de la course d’attente. Ses « drives » dans les Prix d’Amérique Opodo, Grand Prix de France et de Paris sont également autant de chefs d’œuvre.

Partagez

FIL INFO

Suivez-nous Pour ne rien manquer
Aller en haut