Actualités
31/07/2020
International
Evenement
Semaine Bold Eagle : le chapitre international

Suite de notre semaine spéciale Bold Eagle alors que la légende s'apprête à tirer sa révérence sportive dimanche à Mons en Belgique. Si son palmarès est exceptionnel en France, le champion a aussi construit son aura à l’étranger, avec de grandes victoires et de terribles désillusions.

Semaine Bold Eagle : le chapitre international

©JLL-LeTROT - Bold Eagle à Solvalla pour l'Elitloppet

Dimanche, Bold Eagle se produira pour la sixième (et dernière) fois à l’étranger. S’il a donc fait l’essentiel de sa carrière en France, et plus particulièrement à Vincennes où il totalise 14 succès au plus haut niveau (Groupe I), le champion a frappé fort d’emblée lors de sa première tentative hors de nos frontières. Sa victoire dans le Grand Prix de l’U.E.T. sur la piste de Wolvega (Pays-Bas) le 18 octobre 2015 reste d’ailleurs comme un acte fondateur. Ce jour-là, alors qu’il établit le nouveau record de la piste (1’12’’), Bold Eagle démontre à toute l’Europe du trot qu’elle s’est trouvée un nouveau leader, appelé aux plus hautes destinées. « C’est peut-être mon Ourasi », dira d’ailleurs alors Sébastien Guarato à Hugues Monthulé. « Autant, la question était saugrenue l’an dernier à 4 ans de courir le Prix d’Amérique, autant aujourd’hui elle a du sens. Mon état d’esprit est même plutôt de me dire : est-ce que j’ai le droit de ne pas le courir ? », déclare après la course Pierre Pilarski.

Ce n’est qu’un peu plus de dix-huit mois plus tard que Bold Eagle reprend la route ou plutôt les airs pour une deuxième expérience à l’étranger. C’est fort de son deuxième Grand Prix d’Amérique et d’une historique Triple Couronne qu’il part à la conquête de Solvalla et de son Elitloppet au printemps 2017. La désillusion dans la finale dont il se classe quatrième nettement battu par Timoko (vainqueur pour la deuxième fois) sera à la hauteur des espoirs nés de son époustouflante victoire dans sa batterie où il établit un nouveau record en 1’08’’4 ! Le ciel suédois s’abat sur le clan français. Après des hésitations, l’entourage du cheval décide de revenir l’année suivante. Mais le rêve va virer au cauchemar. Au retard pris avant le démarrage de sa batterie s’ajoute un faux départ qui condamne Bold Eagle, monté en pression et rapidement fautif. Adieu Solvalla.

L’année 2019 le verra courir deux fois en dehors de l’Hexagone, les deux fois il s’impose dans des Groupes I. D’abord à Mons (Belgique) au cours de l’été où il remporte le Grand Prix de Wallonie. Ensuite et surtout à Woodbine (Canada) pour un voyage outre-Atlantique dont rêvait tout son entourage depuis des mois pour répondre favorablement à l’invitation de la légende John Campbell. Face à quelques-uns des meilleurs spécialistes du continent américain et sur leur terrain de jeu préféré (le mile), c’est un grand Bold Eagle qui triomphe dans la Breeders’ Crown Final avec Brian Sears. Il s’agit à ce jour de sa dernière victoire (la 21ème dans un Groupe I).

Partagez

FIL INFO

Suivez-nous Pour ne rien manquer
Aller en haut