Actualités
12/01/2021
Course
Portrait
Enzo Lelièvre aux portes de la cour des grands

Enzo Lelièvre a été couronné meilleur apprenti à l’attelé pour l’année 2020. Coup de projecteur sur le jeune homme quelques jours après son sacre.

Enzo Lelièvre aux portes de la cour des grands

©Scoopdyga - Enzo Lelièvre a terminé 2020 avec 169 points dans la catégorie des apprentis à l'attelé

Il s'en est fallu d'un cheveu. D'un petit point en fait au terme d'une année de compétition. Enzo Lelièvre a remporté le titre de premier apprenti 2020 à l’attelé avec 169 points contre168 à Luca Gelormini, le cousin de Gabriele. Un point, c’est une quatrième place... Le jeune homme de 20 ans décroche le titre après s’être donné comme priorité de courir le plus possible en 2020. C’est aussi pour cela qu’il a frappé à la porte d’André Le Courtois en début d’année dernière. Et que ce dernier a joué un rôle déterminant dans son sacre.
Le suspense a été entretenu jusqu’au bout par les deux protagonistes de tête du classement. Et ils ont délivré un final totalement indécis. Enzo Lelièvre a participé à quatre épreuves les 30 et 31 décembre pour défendre pied à pied ses quelques points d’avance quand Luca Gelormini a drivé six fois entre le 26 et le 31 décembre pour rattraper son retard avec l’épilogue que l’on connaît. Enzo Lelièvre nous a livré son état d’esprit sur ces derniers jours de l’année : « Ce titre est un soulagement ! Ça s'est joué à un point seulement... Moi qui suis de nature plutôt pessimiste, j'ai bien cru que c'était « mort » surtout que mon patron n'avait plus de chevaux à me confier les dernières semaines. Heureusement, d'autres entraîneurs m'ont fait confiance. Ma victoire à Bordeaux, le 22 décembre, a été déterminante car elle m'a permis de repasser devant Luca Gelormini et au final de garder un petit point d'avance. J'ai vécu sur mon avance jusqu'au bout. »
Enzo Lelièvre a fêté ses 20 ans ce lundi 11 janvier. Son cadeau d’anniversaire, il se l’est offert le 30 décembre quand Luca Gelormini ne pouvait intégrer les quatre premières places avec Général Oasis à Mauquenchy lors de sa dernière tentative de l’année. Le titre de champion 2020 des apprentis attelés lui était alors acquis. Le jeune homme a un parcours classique que l’on peut résumer en formation à l’Afasec de Graignes avec, comme patron d'apprentissage, Thierry Aline, un ami de sa mère. Puis il a gonflé son expérience en travaillant chez Bruno Marie et Sébastien Hardy. Il débute en courses en 2017 (7 sorties) puis remporte une épreuve en 2018 et trois en 2019. Mais cela n’était pas assez au goût d’un garçon qui porte le même prénom que le créateur des bolides rouges italiens Ferrari.
 
2020 : l’année du déclic chez André Le Courtois
Il y a bien une démarche volontariste derrière ce titre. Qui trouve son origine en début d’année comme nous l’explique Enzo Lelièvre : « J'ai appelé André Le Courtois en début d'année quand j'ai su que Robin Lamy partait de l'écurie. C'était une opportunité qu'il fallait saisir car je voyais que Robin gagnait beaucoup de courses et que, même si je n'avais pas son talent, j'allais pouvoir en gagner aussi. Je suis arrivé, j'avais quatre victoires. Dès le mois de mars, le patron m'a dit que j'allais être sur le podium des apprentis en fin d'année. Je pensais alors qu'il s'emballait un peu mais il avait raison car, au mois de novembre, j'avais trente points d'avance. Je ne le remercierai jamais assez. Ce titre est une récompense d'un travail acharné et de beaucoup de déplacements. » Enzo Lelièvre a remporté 21 victoires en 2020, 20 à l'attelé et 1 au monté. 19 l'ont été pour le compte de son employeur André Le Courtois. Ce dernier n'en est pas à son premier champion apprenti. Il nous apprend sur son employé de l'année : « Enzo est venu me trouver en début d'année pour savoir s'il pouvait travailler à l'écurie. Je ne l'avais pas spécialement remarqué mais il m'a semblé dynamique, avec l'envie de mordre dedans. Vous savez, chez moi, les gars vont aux courses tout seuls avec le camion qu'il y ait un, deux ou trois chevaux. Dès que l'on les envoie aux courses, on voit tout de suite s'ils sont dans le coup ou pas. Enzo lui était dans le coup. Le talent ne s'achète pas, vous en avez ou vous n'en avez pas. C'est un garçon courageux, travailleur, performant en course. »
André Le Courtois poursuit : « Un mois et demi avant le terme de l'année, il avait beaucoup de points d'avance mais les quelques chevaux que j'avais gardés pour la fin d'année ont été malades si bien qu'il n'a pas couru beaucoup les dernières semaines et je voyais bien que cela le travaillait. Il avait peur de perdre sa première place. À la maison, j'ai eu plusieurs apprentis qui ont fini sur le podium, à commencer par Ludovic Danielo qui a été champion de France et d'Europe des apprentis ou encore Robin Lamy qui a terminé troisième il y a deux ans. »
 
Deux apprentis à plus de 200 courses dans l’année
Les deux premiers du classement 2020 ont mis les bouchées doubles. Enzo Lelièvre et Luca Gelormini ont disputé respectivement 201 et 223 courses. Le leader a bien signé le plus de victoires (20) mais n’en compte « que » dix dans les courses d’apprentis, les autres étant obtenues dans les courses ouvertes à tous. A contrario, Luca Gelormini a été le numéro 1 dans la seule catégorie des courses d’apprentis (15 de ses 16 succès annuels). Il précède sur ce créneau Hugo Marie (13 de ses 16 titres 2020).
 
La possibilité d’un doublé
Avec 25 épreuves à son actif, Enzo Lelièvre prend part au même championnat cette année 2021 et nous apprend à ce sujet : « Le vrai objectif, c'est l'an prochain afin de garder ce titre ! Ça me botterait vraiment. A l'avenir, j'ai le projet de m'installer à mon compte dans la région. La réussite d'un garçon comme Pierre Sorais avec qui j'ai travaillé chez Bruno Marie est un exemple. »
 
Egalement en tête du combiné
Enzo Lelièvre s’est imposé une fois au monté cette année, avec Déesse de l’Isle en août à Moulins-La-Marche. Il nous explique : « C’est Sébastien Hardy qui m’a vraiment mis à cheval. Un jour, il m’a dit : « Tu es léger, pourquoi tu ne montes pas ? » Ça s’est bien passé, puis j’ai gagné pour lui dans la spécialité [en novembre 2019]. Là, chez André Le Courtois, il y a moins de chevaux à monter. Mais j’en ai quand même gagné une pour lui avec Déesse des Isles. » Le même jour que ce succès monté, le 23 août de dernier, Enzo Lelièvre s’imposait aussi à l’attelé et nous avait déclaré quelques semaines plus tard : « C’était mon premier doublé et ça reste pour l’instant mon meilleur souvenir. »
 
Article paru dans 24H au Trot
Partagez

FIL INFO

Suivez-nous Pour ne rien manquer
Aller en haut