Actualités
13/10/2021
Course
International
L'incroyable histoire de Charmant de Zack

La victoire de Charmant de Zack dans le Derby italien, dimanche 10 octobre à Rome, propulse le 3 ans au sommet des charts européens de sa génération. Il devient l'un des plus riches trotteurs de son âge du vieux continent. Sa victoire est aussi teintée de rocambolesque. Le poulain a en effet été vendu peu avant le Derby et son entraîneur Marco Smorgon n'a pas de garantie de le conserver. Le triomphe s'est ainsi nimbé d'incertitude pour un homme qui est au centre de tout ce qui touche à Charmant de Zack. Il revient pour nous sur un dimanche très particulier.

L'incroyable histoire de Charmant de Zack

©Gérard Forni - Charmant de Zack lors de son succès dans le Derby italien 2021

Article paru dans 24H au Trot - Retrouvez tous les numéros du quotidien en cliquant ici

Entre immense joie et déception. Telle pouvait être le mélange des sentiments de Marco Smorgon lorsque son représentant Charmant de Zack (Vivid Wise As) a remporté le 94e Derby italien, dimanche sur l'hippodrome romain de Capannelle. L'entraîneur avait dû laisser sa place dimanche au sulky de son champion - une première depuis ses débuts en compétition - à Antonio Di Nardo, l'actuel numéro 1 des pilotes transalpins. Et on apprend simultanément que Charmant de Zack voit son association de propriétaires changer avec des nouveaux membres décisionnaires qui pourraient enlever le cheval des boxes du professionnel. Difficile dans ces conditions de ne pas faire un point sur l'avant-course, la consécration et les relations qui unissent Marco Smorgon à la vedette dominicale. Et de parler aussi élevage puisque l'Italien a exploité le père et la mère de Charmant de Zack !

24H au trot.- Que dire de votre victoire ce lundi ?
Marco Smorgon.- C’est une victoire qui est très importante pour moi, d’autant plus qu’elle se positionne dans un moment pas facile. Elle vient récompenser le travail que toute mon équipe a réalisé en amont. Cette victoire est la confirmation que ce travail était le bon. On avait besoin de cette confirmation.
 
Pouvez-nous nous éclairer sur ce moment que vous qualifiez de « pas facile » ?
Le cheval a été vendu et je l’ai appris très récemment. Ce sont des choses pas faciles à accepter mais on a fait le mieux possible et tout s’est bien passé. On m’a dit que les propriétaires restaient associés pour le Derby et qu’ensuite, il y aurait de nouveaux propriétaires que je ne connaissais pas. On m’a aussi demandé de mettre un autre driver pour le Derby. C’est pourquoi Antonio Di Nardo était au sulky de Charmant de Zack dimanche. Il est la tête de liste italienne et le driver attitré des associés qui ont acheté le cheval. J’étais inquiet de changer le binôme que je formais avec mon cheval car c’est important surtout avec un jeune cheval. Cette demande des propriétaires n’était pas évidente à gérer. Je ne suis pas contre les catch-drivers mais casser une relation qui existe avec un tel cheval que je peux driver à la voix me paraissait compliqué.
 
Charmant de Zack semble en progrès permanents. Partagez-vous cette impression ?
J’ai façonné mon cheval un peu partout, en passant par des courses italiennes évidemment mais aussi françaises, à Vincennes et Enghien. J’ai fait des courses sages car le cheval n’avait pas de force. C’était un « gros bébé », un grand cheval qui allait aux coudes. J’ai toujours eu confiance en lui. Je l’ai couru à haut niveau mais il n’était pourtant pas forcément prêt pour jouer un premier rôle. On a fait un gros boulot, notamment au niveau de son mental.
 
Cette victoire est aussi liée à votre aventure avec Vivid Wise As, vous qui en avez été le premier entraîneur.
Tout à fait et c’est pour cela que ce Derby est encore plus fort pour moi. Vivid Wise As est parti de chez moi à l’âge de 3 ans après que je lui ai fait gagner trois Groupes I. J’ai supporté des choses pour le garder, comme un superviseur, mais cela n’a pas suffi et on me l’a retiré. Pour moi, il s’annonçait comme le meilleur cheval du monde. C’est un crack. Si sa santé suit et que les choses sont faites comme il faut, il peut encore gagner le Prix d’Amérique. Il a la moelle pour battre tous les champions européens.
 
Qu’est-ce qui vous lie encore un peu plus à Charmant de Zack ?
En fait, il est le résultat d’une longue histoire, d’une grande part de ma vie professionnelle, qui a commencé avec une association de petits propriétaires, la Trofal Stars. On trouvait dans cette association des commerçants d’une petite ville, des gens que je qualifierais de normaux. J’ai entraîné pour eux beaucoup de chevaux et on a gagné beaucoup de courses et des Groupes I. J’ai eu pour eux Fauve Grif (Viking Kronos) [N.D.L.R. : au début des années 2000] la grand-mère de Charmant de Zack, avec laquelle j’ai gagné Groupe I. J’ai ensuite entraîné les produits de Fauve Grif dont Martina Grif qui est devenue la mère de Charmant de Zack. Avec Martina, j’ai gagné à Vincennes. J’ai aussi formé et géré le début de carrière de Princess Grif, la propre sœur de Martina Grif. Je lui ai fait remporter le Prix Henri Cravoisier (Gr.3) en France avant qu'elle ne soit enlevée de mon entraînement. On sait que Princess Grif a des gains proches d’un million d’euros. J’ai donc eu la grand-mère, la mère et la tante de Charmant de Zack. Toute la souche a été exploitée par Marco Smorgon !
 
Et l’avenir maintenant ? Déjà, Charmant de Zack va-t-il quitter vos boxes ?
L’accord qui a été arrêté juste avant le Derby est que le cheval reste chez moi jusqu’au Prix Orsi Mangelli [N.D.L.R. : lundi 1er novembre]. Pour la suite, je suis encore dans l’inconnu. De mon côté, avec mon expérience de la vie et mes histoires du passé, je veux maintenant me projeter encore et toujours. Je veux faire de nouveaux champions pour l’avenir sans répéter ce qu'ont pu être mes erreurs du passé.
 
Vivid Wise As, l'étalon : des débuts au haras tonitruants
Le père de Charmant de Zack, le champion Vivid Wise As, connaît un départ en fanfare avec sa première production, née en 2018 (et donc âgée de 3 ans). Il a eu 52 produits répertoriés et 41 ont d’ores et déjà couru (soit 78,9 %). Avec d’emblée un vainqueur de Derby, le champion de l’Ecurie Bivans part sur les meilleures bases.
Vivid Wise As le compétiteur : toujours en grande forme, il devrait par ailleurs participer au Premio Nazioni (Gr.I), le 23 octobre à Milan avec Matthieu Abrivard à ses commandes.
Partagez

FIL INFO

Suivez-nous Pour ne rien manquer
Aller en haut