Actualités
30/07/2022
Course
Meeting d'été Enghien
Hohneck ne se laisse pas impressionner

Après sa victoire sur le mile de La Capelle, il y a trois semaines, Hohneck réédite sur celui d’Enghien, à la faveur d’un Prix de Washington où un gros duel l’a opposé à Galius, son devancier du Prix d’Amérique.

Hohneck ne se laisse pas impressionner

©APRH - Hohneck encore impérial

Il y avait deux placés du dernier Prix d’Amérique au départ de ce Prix de Washington, à savoir Galius, deuxième de Davidson du Pont, ce jour-là, et son cadet, Hohneck, cinquième. Or, on les retrouve aux deux premières places ici, dans l’ordre inverse, cependant, de celui constaté au mois de janvier. De façon assez inattendue, Galius et Yoann Lebourgeois, du couloir 5, ont cherché à prendre de vitesse Hohneck et François Lagadeuc, au couloir 2, et, dans un premier temps, ils y sont parvenus.

L’effort a été intense pour ces deux chevaux, en début de course, et, par voie de conséquence, pour leurs adversaires, Elie de Baufour et Délia du Pommereux faisant les frais de cette tonitruante mise en jambes en se perdant dans leurs allures avant le premier tournant. En face, Hohneck relaie Galius en tête et temporise un peu, avant d’ « envoyer » à nouveau dans le dernier tournant. Un instant menacé par Dorgos de Guez dans la ligne droite, il doit surtout s’y mettre à l’abri du retour de Galius, au comportement d’autant plus remarquable qu’il s’alignait ferré –même légèrement–, à la différence de son rival. Bon finisseur, Bleff Dipa vient lui arracher la troisième place au prix d'un superbe effort final.

Hohneck trotte le kilomètre sur le pied de 1’09’’6, soit le troisième meilleur temps de la course, à égalité avec celui de Go On Boy, l’an passé. « Mission accomplie, commente Philippe Allaire, mentor du gagnant. Il le fait très bien, battant un cheval de Prix d’Amérique. En route, maintenant, vers les 3.000 mètres du Critérium des 5 Ans, en passant par le tournoi préparatoire. Tout se présente bien. »

Revoir la course

Partagez

FIL INFO

Suivez-nous Pour ne rien manquer
Aller en haut