Actualités
29/09/2022
Programme
Analyse
Réforme des Groupes I : au final ça change quoi ?

La réforme du programme de sélection lancée en 2020 a déjà produit de nombreux résultats, visibles et même tangibles, comme la grande et spectaculaire réunion des Critériums du dimanche 18 septembre. Dimanche 25 septembre, un nouveau volet des changements s'est joué à Paris-Vincennes avec un Prix des Élites (Gr.I) new look. C'est l'occasion de remettre à plat l'ensemble du lifting subi par le programme des Groupes I français dédiés à la sélection, ceux concernant les générations de 3, 4 et 5 ans.

Réforme des Groupes I : au final ça change quoi ?

©Scoopdyga - Intuition a gagné la version new look du Prix des Elites

Article paru dans 24H au Trot - Retrouvez tous les numéros du quotidien en cliquant ici

Epreuve classique montée intergénérationnelle confrontant jusque-là les 3, 4 et 5 ans dans une formule de course-poursuite entre les plus jeunes et leurs aînés, le Prix des Élites (Gr.I) est désormais dévolu aux seuls 4 ans. Une telle refonte des conditions de course n'a rien d'anodin car elle prive du même coup deux générations d'une possible citation classique. Est-ce à dire que les perdants de l'histoire sont, dans le cas présent, les 3 et 5 ans, exclus des Élites ? Pas vraiment car le programme a été réformé dans son ensemble, dans une approche systémique. Et les différents travaux produits par la Commission des programmes conduisent à un nombre d'occurrences possibles dans les Groupes I identique à ce qui existait auparavant pour un même compétiteur aux termes de ses saisons classiques de 3, 4 et 5 ans.

Au monté : l'année de 4 ans prend de l'épaisseur
Si le nombre d'occurrences au plus haut niveau est le même pour un compétiteur monté qui disputerait tous les Groupes I qui s'offrent à lui, de 3 à 5 ans (on peut évidemment parler ici d'une vision de l'esprit quasi théorique qu'ont pu vivre quelques très rares cracks), la distribution annuelle est changée. Et année par année, la répartition dans le calendrier a aussi été largement remaniée. Au total, on obtient au monté 10 Groupes I de 3 à 5 ans. Le tout avec neuf épreuves puisque le Prix des Centaures s'adresse à la fois aux 4 et 5 ans (les 6 ans qui peuvent y participer ne sont pas inclus dans notre étude).
Les 3 ans perdent une offre de Groupe I (le Prix des Élites non compensé). Cela s'inscrit selon nos sources dans une volonté de protéger les organismes des plus jeunes dans la spécialité du monté. Les 4 ans gagnent de leur côté une épreuve, le Prix Jag de Bellouet-Étrier World Cup 4 Ans, au bénéfice du maintien à leur seul profit du Prix des Élites. Les 5 ans conservent trois Groupes I dans l'année, la disparition dans leur programme du Prix des Élites étant compensé par le Prix Bilibili-Étrier World Cup 5 Ans.
 
Les deux nouvelles épreuves sous label international sont qualificatives pour le Prix de Cornulier
Les deux nouvelles courses de fin d'année pour les 4 ans et 5 ans sont des Groupes I internationaux, délivrant une place au départ du Prix de Cornulier à leur lauréat respectif. On est dans la même logique que celle mise en oeuvre avec les Critérium Continental pour les 4 Ans (Qualif 3 des Prix d'Amérique Races ZEturf) et Prix Ténor de Baune pour les 5 ans (Qualif 4 des Prix d'Amérique Races ZEturf).
 
À l'attelé, une possibilité de Groupe I supplémentaire
L'affectation du Prix de l'Étoile (Gr.I) pour les seuls 3 ans sous le nom Prix Ready Cash en décembre, sur un parcours de vitesse (2.100 m autostart), offrant ainsi aux "speedés" de chaque génération une opportunité favorable à leur endroit, est compensée chez les 4 et 5 ans par la création des "Sulky World Cup" disputés en début d'année. Cela veut dire en revanche, pour ces deux générations concernées, l'échange d'une épreuve sur courte distance (2.200 mètres départ volté pour les 4 et 5 ans dans l'ex Prix de l'Etoile) contre une autre sur le parcours classique de Vincennes (2.700 m). En plus de cet échange, les 5 ans gagnent aussi le Prix Ténor de Baune, Prix d'Amérique Races ZEturf Qualif4, sous statut Groupe I. Le bilan pour la dernière promotion à disposer d'un programme de sélection est donc réévalué d'un Groupe I. L'ensemble du programme classique national, non inclus les épreuves d'obédience européenne sous la responsabilité de l'Union Européenne du Trot (UET), propose désormais 12 occurrences contre 11 précédemment. Le tout avec 11 épreuves différentes, le Prix de Sélection apparaissant deux fois dans les cursus, à 4 et 5 ans.
 
Une approche quantitative qui n'intègre pas les logiques programmatives de continuité
Le travail de recensement proposé n'a pas intégré la variable temporelle du nouveau programme de sélection. Le nouvel ordonnancement des épreuves et le remaniement du programme de sélection, qui fixe dorénavant un écart identique d'un an entre chaque Critérium (des 3, 4 et 5 Ans), et la mise à disposition d'un Groupe I peu ou prou lors de chaque trimestre de l'année, susciteront satisfaction ou insatisfaction des socioprofessionnels. Nulle ambition de faire pour l'heure le bilan qualitatif d'une réforme qui n'a pas encore mis en application l'ensemble de ses nouveautés. Il faut attendre décembre pour cela.
 
Le mot-clé de la réforme : occurrence
À l'examen du nouveau programme de sélection dont nous nous concentrerons ici que sur sa partie la plus emblématique et relevée, la catégorie des Groupes I, on constate d'abord que la réforme a produit plus d'épreuves que dans l'ancien calendrier. Au monté, comme à l'attelé, ce sont deux nouvelles courses qui font leur apparition. Comprendre ici des épreuves qui n'existaient pas dans le calendrier antérieur à 2022. Au monté, il s'agit des Prix Jag de Bellouet-Étrier World Cup 4 Ans et Bilibili-Étrier World Cup 5 Ans. Les deux seront proposés en fin d'année, le 18 décembre (lire ci-dessous et ci-contre). À l'attelé, les deux nouveaux Groupes I sont les Prix Ourasi-Sulky World Cup 4 Ans et Bold Eagle-Sulky World Cup 5 Ans. Elles ont connu leur première édition en janvier dernier, lors de la réunion du Prix d'Amérique. À l'attelé toujours, un autre GroupeI fait son apparition, cette fois sous la forme d'un Groupe II "upgradé" puisque le Prix Ténor de Baune passe de Groupe II à Groupe I. Si nous raisonnons en termes de parcours cheval, à l'image du parcours client, nous constatons que les possibilités de participer à un Groupe I sont les mêmes en 2022 qu'en 2021 au monté. En revanche, le programme délivre une opportunité supplémentaire à l'attelé. Au final, l'occurrence Groupe I (l'apparition de l'événement Groupe I) a très peu changé avant et après la réforme du programme classique.
 
Une grande journée Étrier en décembre
La conséquence de cette réforme du programme, dans son volet monté, mais aussi une de ses motivations, est la création en décembre d'une grande réunion estampillée Etrier qui cumulera le Prix de Vincennes et les Étrier World Cup 4 et 5 Ans. Une déclinaison hivernale en quelque sorte du grand rendez-vous de juin (avec le Prix d'Essai et les Finales des Étrier 4 ans (Prix du Président de la République) et 5 Ans (Prix de Normandie)).
 
Une enveloppe globale des Groupes I à la hausse
Sachant que les allocations de certains Groupes I ne nous sont pas encore connues, il reste à faire un travail d'estimation.
Au monté, la création de deux nouvelles épreuves (que nous évaluons à 240.000 € chacune) aboutit à 480.000 € de supplément.
À l'attelé, le passage du Prix Ténor de Baune Groupe I (+100.000 €) et la création de deux Sulky World Cup (300.000 € chacune) génèrent un budget supplémentaire de 700.000 €. À ceci, il faut aussi intégrer le passage des Critériums des 3, 4 et 5 Ans à un nominal de 300.000 € (en lieu et place de 240.000 €), soit 180.000 € à ajouter.
On obtient dans ces conditions ("à la louche" compte tenu de diverses modifications non connues et donc non prises en compte) une enveloppe Groupe I augmentée de 1,36 M€ pour les seules allocations.
Partagez

FIL INFO

Suivez-nous Pour ne rien manquer
Aller en haut