©Aprh - Colorado Blue, ici photographié à Vincennes, a remporté du minimum le Grand Prix Charles Desrousseaux

Acheté à réclamer il y a un peu moins de deux ans, Colorado Blue ne cesse d'apporter de belles satisfactions à ses co-propriétaires. Il signe ainsi aujourd'hui la 4ème victoire sous ses nouvelles couleurs et une des plus belles puisqu'il remporte l'important Grand Prix Charles Desrousseaux au Croisé-Laroche. Un succès à suspens de surcroît puisqu'il a fallu l'analyse de la photo-finish pour départager Colorado Blue de Titanium Gar, grand animateur et longtemps vu comme un vainqueur en puissance. Mais au prix d'une belle fin de course en pleine piste, Colorado Blue est récompensé par une victoire. Il confirme aussi une réelle tendance : c'est un cheval de piste plate, comme le prouvent justement ses derniers succès, acquis à Enghien, à Vincennes petite piste et maintenant sur la piste de l'hippodrome nordiste. Pour Franck Nivard, c'est un 30ème succès en 2019 la veille du très grand rendez-vous cagnois du Critérium de Vitesse de la Côte d'Azur dans lequel le pilote défendra son titre au sulky de Bold Eagle. La course est déjà dans tous les esprits tant l'affiche est magnifique (voir l'article sur la course). 

Revoir le Prix Charles Desrousseaux.

Pour en savoir plus sur les méthodes pour devenir propriétaire, cliquez ici.

©JLL-LeTROT

Samedi 9 mars

Deux réunions PREMIUM sont prévues. L’une à Caen qui a rouvert ses portes en début de semaine et qui jouera déjà son troisième acte en l’espace de six jours. 116 partants sont répartis dans les huit courses d’un programme dominé par deux courses D pour chevaux d’âge, les Prix de Corbon et Prix de Bellengreville. Dans cette seconde épreuve, notons que Benoit Royal tentera de gagner pour la deuxième fois en huit jours lui qui vient de renouer avec le succès à Laval. Première course à 12h15. La dernière course caennaise disputée, Le Croisé-Laroche prendra le relais pour huit compétitions entre 16h42 et 20h30. Pour sa 3ème réunion de l’année, l’hippodrome de la périphérie lilloise propose une des courses principales de son calendrier : le Grand Prix Charles Desrousseaux (voir les partants) dans lequel, traditionnellement, de très bons chevaux se présentent. C’est encore le cas cette année avec la candidature du lauréat de Gr.I Cobra Bleu.

Dimanche 10 mars

C’est bientôt le printemps et cela se voit sur le calendrier des hippodromes ouverts ce dimanche. Dix au total et aux six coins de l’Hexagone. De Bordeaux (133 partants !) à Châtillon-sur- Chalaronne (réunion mixte), de Strasbourg(9 courses) à Auch (7 courses), en passant par Angers, Bihorel-les-Rouen, La Capelle, Machecoul, Pontchâteau et Le Mont-Saint-Michel, les trotteurs seront partout !

©JLL-LeTROT / L'hippodrome de Caen est un centre névralgique du Trot en France

Un morceau d'histoire

Il y a tout d'abord l'importance historique du site. L'hippodrome de Caen a vu le jour en 1837 en écho aux premières courses au Trot référencées qui avaient eu lieu un an plus tôt à Cherbourg sous l'impulsion d'Ephrem Houel, officier des Haras Nationaux, et un des pionniers de ce que deviendra le sport hippique du Trot en France. Depuis, l'hippodrome de la Prairie ne cessera d'occuper une place centrale dans l'organisation des courses dans notre pays et le site est aujourd'hui l'un des quatre dirigés directement par la Société-Mère LeTROT avec Vincennes Hippodrome de Paris, Enghien et Cabourg.

Sa place dans la ville

Ensuite il y a sa situation géographique unique en son genre. Connaissez-vous un hippodrome plus proche du Centre-Ville que celui de Caen ? Les Normands côtoient chaque jour le lieu où les joggeurs aiment venir fouler la piste quand les chevaux ne sont pas présents. À deux pas de l'Abbaye aux hommes, du Château, à 5 minutes du port, voisin du Zenith de Caen, l'hippodrome vit au rythme du coeur de la cité caennaise. 

Sa piste

La qualité de la piste de Caen a aussi participé à sa réputation. Sa nature de sol et son tour de piste de 1 954 mètres offrent un terrain propice à toutes les catégories de chevaux mais aussi un tremplin parfait pour les grandes joutes de Vincennes. C'est ainsi que Caen sert également de site de qualifications : en 2018, 46 réunions de qualifications y ont été organisées, concernant 4 696 trotteurs (soit 102 partants en moyenne) dont 40 % ont réussi leur examen de passage pour la course. 43 % des qualifiés en 2018 en France l'ont été à Caen. Voir la rubrique "Qualifications".

Son calendrier

Des courses se disputent sur l'hippodrome de la Prairie de mars à novembre. Dix-sept réunions sont programmées au 1er semestre et la troisième d'entre elles se disputera demain samedi : voir le programme. On peut par ailleurs d'ores-et-déjà noter sur les calendriers deux événements majeurs. Le premier aura lieu vendredi prochain (15 mars) avec la rentrée annoncée du champion Aubrion du Gers. Le protégé de Jean-Michel Bazire lancera ainsi sa saison 2019 qui devrait le mener au départ des plus grandes compétitions européennes et son retour en piste sera un temps fort de la saison à Caen (Prix de Cauvicourt). L'autre date à ne manquer sous aucun prétexte est celle du 15 mai (voir le programme). Ce sera jour de la plus belle réunion de l'année à Caen avec le Gr.I Saint-Léger des Trotteurs mais aussi le Prix des Ducs de Normandie où il pourrait aussi être question d'Aubrion du Gers et de la lauréate du Grand Prix d'Amérique Belina Josselyn.

©Scoopdyga - Les trotteurs (ici en mode entraînement) investissent Cagnes pour le week-end

Deux réunions samedi et dimanche, les honneurs de la réunion I dimanche avec le Grand Critérium de Vitesse de la Côte d'Azur et la course événement (Quinté+) en prime : la Société des Courses de la Côte d'Azur s'apprête à vivre un grand week-end autour du sport hippique. 

La réunion de samedi (1ère course à 13h55) compte sept courses et sera l'occasion pour les meilleurs professionnels du meeting d'hiver azuréen d'améliorer encore leurs scores en vue de la fin de saison cagnoise fixée à vendredi prochain (15 mars). 

LE TOP 3 DES DRIVERS, au nombre de victoires :
  1. Romain Derieux - 19 (et 8 places) / voir ses drives du week-end
  2. Nicolas Ensch - 13 (et 28 places) / voir ses drives du week-end
  3. David Békaert - 13 (et 25 places) / voir ses drives du week-end
LE TOP 3 DES ENTRAINEURS, au nombre de victoires :

Dimanche, c'est une véritable réunion de gala qui attend le public venu de toute la France et même de nos pays voisins européens pour assister au Grand Critérium de Vitesse de la Côte d'Azur dont l'édition 2019 s'annonce exceptionnelle (voir l'article dédié à la course). Et il faudra donc ajouter au programme, le Prix de Rome Tor di Valle qui servira de support aux paris à la carte mais également quatre Coupes, c'est-à-dire quatre finales de promotion ! Les meilleurs 3 ans, 4 ans, 5 ans et 6 ans du meeting se retrouvent en lice dimanche dans leurs courses respectives.

La COUPE DES 3 ANS ouvrira le programme avec huit concurrents en lice, parmi lesquels la révélation des dernières semaines, Gequila Five, passée des courses à réclamer aux courses A. Elle vient d'être devancée dans la dernière course-tremplin avant cette finale, le Prix de Cassis, par Giorgio Perrine. Les très en vue Romain Derieux et Yannick-Alain Briand (voir ci-dessus) présentent respectivement Go On Boy et Gun Sissi (4 courses, 3 victoires et une fois 2ème) qui devraient avoir de nombreux supporters.

La COUPE DES 4 ANS (Prix Var Matin) réunit un lot de onze trotteurs et le plus riche d'entre eux est First In Love, tenant du titre de la Coupe des 3 ans du meeting d'été à Cagnes et vainqueur à l'automne du Grand Prix des 3 Ans du Centre-Est

Enfin les COUPE DES 5 ANS et COUPE DES 6 ANS mettront aux prises des éléments de valeur comme Elvis du Vallon ou Elsa de Belfonds (entre autres) puis Duke Of Carless, Django du Bocage ou Do It Again dans le tournoi pour les aînés. 

©JLL-LeTROT

Les chiffres-clés des courses et allocations

Un meeting d’hiver de 90 réunions (89 en 2017/2018) et 757 courses disputées (768 en 2017/2018).

8 courses ont été dédoublées (26 en 2017/2018) :

  • 1 course de 2 ans (1 en 2017/2018)
  • 2 courses de 3 ans (14 en 2017/2018)
  • 4 courses de 4 ans (6 en 2017/2018)
  • 0 course de 5 ans (4 en 2017/2018)
  • 1 course d’amateurs (1 en 2017/2018)

41 090 000 € d’allocations offertes (publié + dédoublements) (‐ 8,8 % par rapport à 2017-2018)

Moyenne de 54 280 € par course (‐ 7,9 %)

Les courses de moins de 14 partants sont réparties pour chaque catégorie d’âge de la façon suivante :

  • 2 ans : 15%
  • 3 ans : 27%
  • 4 ans : 24%
  • 5 ans : 13%
  • Autres : 21%

Les chevaux du meeting

34 678 chevaux engagés (35 618 en 2017/2018

1 037 chevaux éliminés (1 218 en 2017/2018

9 818 partants (10 109 en 2017/2018

12,97 partants par course (13,18 en 2017/2018)

264 non partants (moyenne 13,3 déclarés partants)

3 327 chevaux différents ayant participé au meeting (3 441 en 2017/2018)

Les professionnels du meeting

760 entraîneurs différents (797 en 2017/2018)

669 jockeys et/ou drivers différents (707 en 2017/2018

Les courses événements

75 courses pour 1197 partants, soit 15,96 partants de moyenne contre 16,42 en 2017-2018.

48% d’entre elles étaient des courses B ou A ou Gr.III ou Gr.II ou Gr.I

Les courses ouvertes

142 courses (19% du programme) « ouvertes » aux chevaux étrangers disputées. Elles représentent 29,92% des allocations totales du meeting : 12 296 000€.

1880 chevaux y ont participé dont 572 étrangers (un nombre en baisse par rapport à 2017-18 : 696).

47 victoires de chevaux étrangers : c’est 2 de plus que l’hiver dernier (42 en 2016-17, 52 en 2015-16 et 57 en 2014-2015).

3 982 170 € (hors G1 : 2 955 470 €) remportés par des chevaux étrangers dont 2 080 475 € pris par les chevaux étrangers entraînés en France (1 667 300 € en 2017/2018). Cela correspond à 32,39% de l’enveloppe dédiée à ces courses. Pour info, les données des années précédentes : (4 351 590 € en 2017/2018 (hors G1 : 3 253 790 €), 3 768 535 € en 2016/2017 (hors G1 : 3 295 735 €), 4 269 100 € en 2015/2016, 3 753 100 € en 2014/2015, 3 535 840 € en 2013/2014, 2 695 140 € en 2012/2013).

Les courses "à réclamer"

25 courses "à réclamer" (26 en 2017/2018)

30 chevaux réclamés (37 en 2017/2018)

Consultez l'intégralité du document présentant le bilan technique du meeting d'hiver 2018-2019 en cliquant ici.

Suivez-nous Pour ne rien manquer
Aller en haut