©Aprh - Gala Tejy a été assez impressionnant dans le Prix Félicien Gauvreau

Prix Félicien Gauvreau : Gala Tejy dans un temps record

Premier des deux semi-classiques pour 3 ans de l'après-midi, le Prix Félicien Gauvreau a été disputé à grande allure si bien que le peloton s'est effiloché au gré des mètres de course et que la réduction kilométrique a fait apparaitre un retentissant 1'15''3, soit le nouveau record de la course depuis que celle-ci se dispute sur les 2700m de la Grande Piste. Et c'est donc Gala Tejy qui établit cette nouvelle marque de référence, trois dixièmes plus rapide que la précédente établie par Vaquéro du Mont il y a sept ans. Ce succès est d'autant plus important que c'est le premier d'une carrière qui avait débuté par le trot attelé et qui a pris un tournant au monté en début d'année 2019. Récent 2ème du Prix Edouard Marcillac derrière Godigious Deladou (disqualifié aujourd'hui), le protégé de la famille Chalon devance ici le débutant sous la selle Gatsby Perrine, bon 2ème. Le podium est complété par Gilmour, régulier à ce niveau. Revoir la course.

Prix Ali Hawas : Gee dès ses débuts 

Dans l'équivalent réservée aux pouliches, Gee a quant à elle effectué des débuts victorieux au monté. Venu en progression attaquer la favorite Guerilla de Simm, la protégée de Bruno Bourgouin a disposé avec une grande aisance de son adversaire dès l'entrée de la ligne droite. Gee est une fille de Brutus de Bailly, un membre de cette fameuse promotion des "B", qui avait brillé lui aussi à l'âge de 3 ans au trot monté mais plutôt au second semestre puisqu'il avait deux 2èmes places classiques dans les Prix des Élites puis de Vincennes en décembre. Gee était montée par Matthieu Abrivard qui était aussi le tenant du titre avec Ferreteria. Revoir la course.

Prix Vindex : jumelé pour la casaque de Philippe Delon

Le label Quick est bien connu des fans du trot, porté au pinacle par les champions Up And Quick, Unique Quick ou encore Save The Quick, entre autres. Dans le Prix Vindex, labellisé Gr.III, c'est Flora Quick et Fun Quick qui apportent une double satisfaction au célèbre propriétaire. Associée à Gabriele Gelormini et déferrée des quatre pieds, Flora Quick a su l'emporter au prix d'un joli sprint final pour devancer les mâles et notamment donc son compagnon de couleurs, Fun Quick. D'une régularité de métronome, elle qui n'est sortie des 5 premiers que trois fois en 15 tentatives, Flora Quick s'offre ici sa plus prestigieuse victoire et établit son nouveau record personnel sur les 2700m de la Grande Piste : 1'14''6. Notons que sa grand-mère maternelle Fichtre compte beaucoup aux yeux de son éleveur-propriétaire puisqu'elle est aussi la mère d'Up And Quick, vainqueur du Grand Prix d'Amérique 2015. Revoir le Prix Vindex.

©Aprh - Fado du Chêne l'impétueux et son cavalier Paul Ploquin changent de rôle samedi

Il aura été un des acteurs principaux de ce meeting d'hiver 2018-2019 en remportant notamment son grand objectif : le Prix de Vincennes, que l'on peut comparer au Critérium des 3 ans au trot monté. Fado du Chêne a en revanche manqué sa deuxième cible, le Prix des Centaures, se montrant fautif dans la plaine et annihilant ses chances de victoire en même temps qu'il effaçait son avantage initial de 25m sur ses aînés, et notamment Evangelina Blue, la future lauréate. Tenace, l'élève de Claude Guedj allait tout de même sauvegarder la 2ème place.

Samedi, Fado du Chêne et Paul Ploquin vont changer de costume : ils passent du rôle de chassé à celui de chasseur. Les conditions de course du Prix Louis Le Bourg stipulent en effet qu'un rendement de distance de 25m est obligatoire pour tout trotteur ayant gagné 282 000€ et plus. À la tête du plus riche compte en banque des trotteurs de sa promotion au monté (522 700€), Fado du Chêne doit donc relever un nouveau défi en tentant de combler son handicap. Un challenge de taille quand on consulte les annales : aucun cheval n'est parvenu à s'imposer en partant 25m derrière ses adversaires dans ce Gr.II depuis que la distance est passée à 2850m (depuis 2008). Ils ne sont pas nombreux à l'avoir tenté non plus : seuls Thorens Vedaquais (4ème en 2011) et Up Market (Disqu. en 2012) s'y étaient frotté. Le triple-lauréat de Groupe I Fado du Chêne réalisera-t-il l'exploit ? Réponse samedi après-midi.

Pour cela, il lui faudra donc contrer les velléités des chevaux du premier échelon et notamment des récents vainqueurs Fangio du Nord (Prix de Lens) et Flicka de Blary (Prix André Théron). Fort de son succès dans le Prix de Rozay-en-Brie Fado de Grammont fait un grand bond dans la hiérarchie en passant d'une course D à un Groupe II : il sera pour l'occasion déferré des postérieurs pour la première fois. Flore de Janeiro, bien connue à ce niveau, sera quant à elle présentée pieds nus pour la première fois, son entraîneur voulant tenter quelque chose dans cette dernière course du meeting pour cette top catégorie.

©JLL/LeTROT - Davidson du Pont défendra samedi son titre dans le Prix de Sélection

Ce fut l'an dernier sa première victoire de Groupe I. Depuis Davidson du Pont en a fait du chemin. Si ce Prix de Sélection lui permit d'entrer dans la cour des grands, il enchaîna au cours de sa saison avec deux autres victoires au plus haut niveau : le Critérium des 5 Ans puis le Prix de l'Étoile, les deux au mois de septembre. Devenu acteur principal de l'élite des trotteurs d'âge, son fait d'arme cet hiver restera sa 4ème place dans le Grand Prix d'Amérique après en avoir été un des grands animateurs. Davidson du Pont tentera donc de faire aussi bien que Mon Tourbillon, champion des années 1980, vainqueur du Prix de Sélection à 5 et 6 ans, en 1983 et 1984.

Le protégé de Jean-Michel Bazire a gagné les grandes courses-poursuites attelées de Vincennes (Sélection et Étoile) et sa valeur sur ce parcours des 2200m de la Grande Piste semble très bien établie puisque le fils de Pacha du Pont a trotté à chaque fois 1'10''8 en réduction kilométrique. Préparé par Jean-Michel Bazire pour cet objectif de fin d'hiver, Davidson du Pont semble en mesure de réitérer pareille performance. Si tel est le cas, les jeunes 4 ans qui bénificient de 25m d'avance devront établir leur nouveau record pour espérer l'emporter. C'est le cas de Falcao de Laurma et Face Time Bourbon qui ont signé sur le tracé les chronos d'1'12''1 et 1'12''2 lors du Prix de Tonnac-Villeneuve le 6 janvier dernier. La présence à leur poteau de départ du très véloce Feeling Cash, chronométré à d'impressionnantes vitesses au monté, peut contribuer à un exploit commun.

Notons enfin qu'Enino du Pommereux (Critérium des 4 Ans 2018) et Earl Simon sont les deux principaux représentants de la promotion de 2014 au départ d'un Prix de Sélection qui s'annonce explosif.

Photo ©JLL/LeTROT

On observe une légère baisse du nombre de courses au trot organisées en France l'an passé. 11 183 épreuves se sont disputées lors de 1 511 réunions, contre 11 205 tournois et 1 516 réunions en 2017. Conséquence logique : les allocations distribuées et la quantité de concurrents ont diminué. 4 463 poulains et pouliches se sont qualifiés contre 4 473 en 2017. Augmentation du côté des entraîneurs avec 1 595 professionnels en activité contre 1528 l'an dernier. Les effectifs des chevaux à l'entraînement ont en revanche baissé (17 637 contre 18 383). Le nombre de jockeys et drivers atteint 2 888 (2 971 en 2017), ils sont 4 426 propriétaires (4 693 en 2017) et 4 692 éleveurs (vs 4 167).

Au niveau régional, les hippodromes du Sud-Ouest ont accueilli le plus de courses en 2018 (215 réunions). L'Ouest arrive deuxième (195 affiches) devant Basse-Normandie (152). A l'international, 712 chevaux de race "Trotteur Français" ont été exportés hors de nos frontières. Malte a été la destination la plus prisée (256 éléments). 28 pays au total sont signataires d'une convention de production "Trotteur Français".

L'Ecurie des Charmes a terminé en tête au palmarès des meilleurs propriétaires et éleveurs en 2018. Jean-Michel Bazire s'est illustré quant à lui chez les entraîneurs et les drivers. Yoann Lebourgeois a été couronné meilleur jockey. En termes de gains, Bold Eagle finit l'année 2018 en pole position (806 000 euros), devant Traders (662 300) et Davidson du Pont (605 850). Retrouvez le document complet du bilan d'activité 2018 en cliquant ici.

Le Tour des Cracks sera le titre du GNT Paris-Turf 2019

Qui succèdera à Cleangame au palmarès ? Un trotteur sera-t-il capable de faire aussi bien que le grand vainqueur de l'édition 2018, lauréat de six des quatorze compétitions comptant pour le Grand National du Trot Paris-Turf ? Qui sera la nouvelle révélation ? Autant de questions qui trouveront des réponses au rythme des étapes d'un rendez-vous totalement incontournable de la saison au trot. C'est en effet reparti pour un Tour à partir de mercredi prochain et comme le veut la tradition c'est la Fédération du Nord qui accueille la première des épreuves. Direction cette année Amiens et son hippodrome du Petit Saint-Jean, voisin du Stade de la Licorne, qui a lancé dimanche dernier sa saison 2019 et qui connaîtra déjà son grand temps fort de l'année.

Ils sont très nombreux à avoir souscrit un engagement pour cette première étape et les forfaits sont programmés pour vendredi puis samedi avant les partants définitifs lundi prochain. Notons les présences dans cette liste de noms comme Bleu Ciel, vu à son avantage corde à droite et corde à gauche (un gros atout pour le circuit du GNT Paris-Turf), Diego du Guelier (vainqueur de Critérium) ou encore Chistou d'Iraty dont on parlait ici il y a peu comme un "collectionneur de victoires".

La 38ème édition du circuit se compose de 13 étapes disputées partout dans l’Hexagone, auxquelles s’ajoute une grande Finale à Vincennes Hippodrome de Paris : voir le programme 2019. Du Nord au Sud, d’Est en Ouest, des trotteurs d’excellence vont sillonner la France. Forts de leur polyvalence, ils convoitent ce Grand Circuit doté de plus de 1,2 million d’euros. Deux nouveaux hippodromes font leur entrée dans le circuit à l’occasion de cette édition 2019 :

  • Meslay-du-Maine, site de référence en Mayenne ayant vu le jour en 1875 et situé au coeur d'une région où le trotteur est partout / 4 septembre
  • et Feurs dans la Loire qui a créé l’événement l’an passé en attirant le crack Bold Eagle devant un public chaleureux / 16 octobre

btn telecharger invitation

Suivez-nous Pour ne rien manquer
Aller en haut