Actualités
17/09/2021
FILIERE
Institution
Comité LeTROT du 17 septembre 2021

Dans le droit fil du Conseil d’administration du mardi 14 septembre, riche de neuf heures de présentations, discussions et échanges, s’est réuni ce vendredi après-midi le Comité de la SECF, avec un programme tout aussi dense.

Comité LeTROT du 17 septembre 2021

L’ordre du jour a été le reflet de tous les chantiers menés au quotidien par le Conseil d’administration, ses sept commissions techniques ainsi que les équipes opérationnelles de LeTROT. Jean-Pierre Barjon a tenu a salué le travail réalisé par toutes les Commissions, qui ont répondu à leurs lettres de missions, à savoir faire un état des lieux des situations existantes puis de proposer des pistes d’avenir sur les dossiers instruits. Les conclusions des travaux des Commissions ont été présentées au Comité, suscitant réflexions, débats et échanges. C’est au tour du Comité de les enrichir à présent, avant de passer par le vote.    

Situation financière : maintien des allocations assuré jusqu’au 31 octobre
Depuis le 1er janvier 2021, les allocations versées aux socio-professionnels du Trot ont retrouvé leur niveau de 2019, grâce à une baisse significative des charges du PMU et de la maison-mère ainsi qu’un pilotage réalisé mois par mois en fonction de l’évolution des enjeux. A mi-septembre, malgré un environnement toujours incertain et les contraintes du pass sanitaire qui impacte l’activité en point de vente, il est acquis que les prix de courses seront maintenus jusqu’à fin octobre. Dans un mois, les administrateurs du Trot statueront sur le niveau des allocations de novembre et décembre - et du meeting d’hiver de Vincennes dans son ensemble - avec le bon espoir de maintenir le cap. A ce jour, la situation permet d’envisager un atterrissage 2021 avec un résultat financier positif.
 
Meeting d’hiver : une semaine en moins, un budget en hausse, trois Groupe I lors de la journée du Prix d’Amérique
Le programme du meeting d’hiver 2021/2022 est aujourd’hui élaboré sur le plan technique. Il comporte 90 réunions programmées entre le mercredi 3 novembre et le samedi 5 mars. 77% des 745 courses se disputeront sur la Grande Piste, soit 552 épreuves, soit une augmentation significative de 15%. Est prévu un budget global de 36,3 millions d’euros d’allocations à distribuer (+3,3%), pour une moyenne par épreuve de 48 800 euros (+7,9%). Ces hausses s’expliquent par le fait que les mois de novembre et décembre 2020 avaient été l’objet d’une baisse significative liée à l’arrêt des courses au printemps.
Les dispositifs de qualifications pour les Prix d’Amérique et de Cornulier restent inchangés. En revanche, la journée phare de Paris-Vincennes, celle du Prix d’Amérique Legend Race (30 janvier), sera enrichie de deux autres Groupe I, créés pour l’occasion, afin d’en rehausser l’intérêt sportif. Il s’agit des Prix Ourasi et Bold Eagle, le premier réservé aux 4 ans et le second aux 5 ans. Ces deux épreuves seront internationales. Quelques courses de Groupe ont été repositionnés dans le calendrier, notamment le Prix des Centaures, course poursuite au trot monté, qui se disputera le samedi de clôture (5 mars) en même temps que le Prix de Sélection. A noter que l’hippodrome de Vincennes disposera d’un éclairage nouveau de ses pistes (Grande et Petite), dont l’inauguration aura lieu le vendredi 8 octobre prochain.
 
Bien-être équin : des décisions concrètes
Soucieux et conscient que la notion de bien-être est devenue un vrai sujet de société, LeTROT s’est engagé cette fois sur deux nouveaux fronts.
Le premier concerne le développement et l’aide à la reconversion du Trotteur. Il se fera sous forme de conventions de partenariat avec trois structures à ce jour identifiées, qui seront signées dès le dimanche 26 septembre ; convention qui prévoit un soutien financier à ces entités pour tout cheval sorti de l’entraînement depuis moins d’un an. Il est entendu que ces sujets reconvertis ne pourront plus revenir dans le circuit courses et élevage, en France comme à l’étranger. La SECF s’engage parallèlement à apporter un appui logistique et technique à ces structures (Passerelle, la Fédération Française de la Reconversion et Sauve Qui Peut).
Le second concerne l’ajout au barème des sanctions applicables sur les hippodromes pour actes de brutalité envers le cheval ou comportement inapproprié. Celles-ci seront de 1 à 3 mois de retrait de licence combinée à des amendes allant de 1 500 à 3 000 euros, selon les acteurs (driver/jockey professionnel, apprenti/amateur, entraîneur).
 
Lutte anti-dopage : l’intégralité des prélèvements devient une obligation
Dans ce même souci du bien -être et de la transparence du sport des courses au trot, la SECF va faire, là encore, évoluer son code et répondre immédiatement à une lacune de la réglementation actuelle. Tout entraîneur devra accepter le principe d’un double prélèvement, urinaire et sanguin, dans le cadre de tout contrôle. Tout manquement entraînera selon le cas une interdiction de participer à la course ou une disqualification.
 
Rendez-vous à cocher : deuxième édition de la journée Club des propriétaires
Mardi 28 septembre sur l’Hippodrome Paris-Vincennes, LeTROT en association avec Arqana organise la seconde édition de la journée du Club des Propriétaires. Autour du programme de huit courses, conférences, rencontres avec les socioprofessionnels, et visites des coulisses précéderont une vente aux enchères des Trotteurs ayant participé à six épreuves de la réunion.
 
Statuts et Code électoral : modernisation à l’étude
Depuis le printemps dernier, un groupe de travail présidé par Alexandre Lanoë, vice-président de la SECF et composé de plusieurs membres du Comité, s’est penché sur ces deux volets, avec pour objectif d’adapter les textes pour les prochaines années. Dans ce cadre, les conclusions du groupe de travail suggèrent les principales évolutions suivantes :
- une adéquation des missions de la société-mère avec ses obligations économiques vis-à-vis des acteurs des courses et ses engagements en matière de bien-être animal ;
- élargir le corps électoral des élections socioprofessionnelles pour une meilleure représentativité et légitimité des élus ;
- la création d’un Règlement intérieur pour préciser les droits et devoirs des élus et des membres au sein de la Société ;
- une nouvelle répartition des Sièges au sein du Comité avec 28 membres socio-professionnels (+3) et 24 membres délégués (-3).
Ces préconisations ont été mises à la connaissance de tous les membres du Comité. Il a été proposé aux membres du Comité qui le souhaitent d’y apporter les amendements qui leurs sembleraient pertinents et de se rapprocher du groupe de travail afin d’étudier la possibilité de les y intégrer. Les versions amendées de ces documents seront par la suite soumises pour adoption par le Comité en vue d’une application dès le 1er janvier 2022.
 
Transport de sperme : le pour, le contre, les inconnu(e)s
L’introduction d’une nouvelle technique de reproduction autorisée pour produire le Trotteur Français (TF) - à savoir le transport de sperme frais ou congelé - a fait l’objet d’un vaste débat, instruit depuis février 2020 par la Commission de l’Elevage. Cette dernière a constitué, en conséquence, un groupe de travail dont les conclusions ont été évoquées lors de cette réunion. Les aspects juridiques, techniques et économiques ont été évalués.
La position des Comités régionaux a été sollicitée et désormais, après avoir pris connaissance de l’avis de chacun, le Conseil d’administration devra évaluer l’opportunité de soumettre au vote du Comité cette réforme.
 
Comment maintenir le leadership du Trotteur français ?
Le Trotteur français est une référence sur le plan mondial, justifiant la mise en place d’un plan d’actions permettant de le faire encore mieux savoir, en France comme à l’étranger. Pour le Conseil d’Administration, il s’agit en conséquence de renforcer cet ADN, en valorisant son éco-système, en vantant l’attrait que peut constituer un engagement financier dans les courses de trot, que ce soit auprès des investisseurs actuels ou futurs.
Dans ce cadre, une réflexion est menée pour mieux identifier la notion de « TF », en France comme à l’étranger, en faisant un label, reconnaissable d’un simple coup d’œil. Parallèlement, le voyage d’études programmé aux Etats-Unis pour cet automne, auquel avaient souscrit de nombreux professionnels, n’est que simplement reporté à 2022. Une initiative équivalente devrait être proposée pour la fin mai 2022, dans le cadre de l’Elitloppet suédois.   
 
Vers une maison commune des courses et un nouveau Vincennes
Autres dossiers suivis au jour le jour, celui du futur immeuble commun des Sociétés mères et du PMU et celui du rôle de l’hippodrome de Paris-Vincennes demain.
Le PMU, France Galop et LeTROT mènent le projet d’acheter un immeuble neuf commun de 10 000 m2 dans l’éco-quartier des Batignolles, pouvant y accueillir leurs équipes. Cet investissement a pour objectif une rationalisation des coûts, par une baisse importante des surfaces et des charges de fonctionnement de l’immeuble abaissées. Il permettra un meilleur travail entre les différentes équipes, visant à un développement de la filière.
Enfin, LeTROT continue ses travaux sur la dynamisation de l’hippodrome Paris-Vincennes à travers le projet Vincennes Arena : quelle vision pour cet hippodrome horizon 2025 ? Plusieurs projets sont à l’étude pour faire vivre le site tout au long de l’année et seront présentés dans le cadre d’un prochain Comité.
Partagez

FIL INFO

Suivez-nous Pour ne rien manquer
Aller en haut