MT image

Le GNT, toujours générateur de belles histoires | LETROT
Finale du Grand National du Trot

Le GNT, toujours générateur de belles histoires

29/11/2023 - GRAND FORMAT - 24H au Trot

La phase des forfaits a laissé 15 noms sur la liste des restants engagés de la Finale du Grand National du Trot (Gr.2), ce mercredi. La SETF n'aura pas besoin de recourir aux éliminations et l'enjeu est maintenant de sécuriser un nombre de partants suffisants pour faire de la finale le Quinté+ dominical. L'édition 2023 du circuit national des trotteurs a une saveur particulière, avec deux grands animateurs en chef, Gaspar d'Angis et Horace du Goutier. Mais le GNT 2023 a aussi écrit de belles histoires humaines, réunies par les chevaux. Toutes sont nourries par l'amitié. Allons à la rencontre des histoires d'Emeraude de Bais, de Gendréen et de Gaelic du Rocher.

Gaelic du Rocher - © ScoopDyga Gaelic du Rocher - © ScoopDyga
Thierry Bourgault et Dexter des Baux ©Scoopdyga - Thierry Bourgault (à dr. au 2e plan), ici avec Dexter des Baux

Participer à la grande fête avec Gendréen

L'histoire est connue. GENDREEN (Boccador de Simm) appartient à Philippe Grumetz qui le confie à son fils Julien. Le poulain s'exprime dans le Nord et l'Est. Il montre un important potentiel (vainqueur de la Finale régionale LeTrot Open des Régions - Grand Nord des 4 ans en novembre 2020) mais est aussi compliqué. Au printemps 2022, Julien Grumetz et les siens décident de le proposer à Laurent et Alexandre Abrivard. La réussite est au rendez-vous.


Sur le même thème : Gendréen et Alexandre Abrivard en chefs tacticiens


 3 QUESTIONS À JULIEN GRUMETZ

 24h au Trot.- Parlez-nous de votre décision de confier votre cheval à un confrère. Pourquoi et pourquoi à Laurent Abrivard ?

Julien Grumetz.- Depuis poulain, Gendréen a toujours montré un certain potentiel, raison pour laquelle nous avons attendu un peu avant de le castrer. J'appréhendais et anticipais ses éventuelles fautes en début de parcours et ne le drivais pas à son avantage. Après une année presque blanche en 2021, et un début de printemps moyen, nous avons décidé de l'envoyer chez Laurent Abrivard. Il était temps de lui faire voir autre chose. Je n'ai pas hésité à le confier et je préfère suivre ses courses à la télé plutôt que de le voir au paddock chez moi en connaissant son potentiel sans pouvoir réellement l'exploiter pleinement. Il s'est rapidement adapté à son nouvel environnement. Dès sa première course, il s'est classé 2ème à Nantes avec Thomas Roullier. Alexandre a ensuite pris le relais et depuis, lui a toujours été associé. Au début, je n'étais pas surpris par sa série de victoires mais depuis ces derniers mois, il n'a eu de cesse de progresser même s'il reste capable d'une petite bêtise au moment du départ. Le voir au départ d'une finale du GNT est magnifique. Pourquoi la famille Abrivard ? Avec Alexandre Abrivard, nous sommes amis depuis nos débuts en courses. Je travaille régulièrement avec son père, Laurent, pour du pré-entraînement et, à l'heure du choix, cela s'est fait naturellement.

Avec le recul, quels enseignements en tirez-vous professionnellement ?
Gendréen m'apporte beaucoup et a aussi changé ma façon d'aborder mon métier. Désormais, je me consacre d'avantage au pré-entraînement. J'aime remettre en condition les chevaux et aussi mettre en valeur les poulains de la famille. Nous investissons avec mes parents aux ventes. Ensuite, je n'hésite pas à les placer chez mes collègues pour la carrière de course. A l'heure actuelle, je suis installé au Haras de l'Orne avec un effectif de 25 à 30 chevaux maximum. L'idéal serait de connaître d'autres histoires comme celle de Gendréen pour les partager avec mes amis Alexandre Abrivard et Mathieu Mottier.

Serez-vous à Vincennes dimanche ?
Oui, bien sûr. Nous allons faire le déplacement à Vincennes ce dimanche pour participer à cette grande fête. Être au départ d'une telle épreuve est forcément un grand moment pour mes parents et moi. Nous n'avons pas de pression car nous sommes conscients de l'opposition, c'est plus de l'excitation.

Gendréen dans le GNT 2023
◆ 1 participation : 3e à Langon-Libourne en juin

 

"Être au départ dimanche est forcément un grand moment". - Julien Grumetz
Emeraude de Bais © ScoopDyga - Emeraude de Bais lors de sa victoire à Mauquenchy

Emeraude de Bais : le bonheur d'Hervé Carlus

Longtemps installé entraîneur de galopeurs, spécialité obstacle, dans la baie du Mont-Saint-Michel avant de rejoindre le Sud-Ouest, Hervé Carlus est revenu en Normandie à l'heure de la retraite. "J’ai alors demandé à Franck (Nivard) de me trouver un petit cheval, raconte-t-il. C’est moins compliqué qu’au galop où il faut mettre beaucoup, beaucoup d’argent et on a beaucoup plus de chances de s’en sortir au trot, surtout avec quelqu’un comme Franck. Un jour, il m’a appelé pour me dire qu’il avait réclamé une jument, Emeraude donc, qui restait sur plusieurs disqualifications de suite. Elle a d’ailleurs continué à galoper ensuite. On a tout changé, Franck l’a mise chez Benjamin (Goetz)."
Le jour en question est le 6 décembre 2019. Franck Nivard dépose un bulletin de réclamation d’un montant de 23.501 € à l’issue du Prix Dike à Vincennes pour réclamer Emeraude de Bais (Repeat Love) pour un taux de réclamation de 22.000 €. Depuis, la jument a intégré le meilleur niveau national et a ajouté 595.000 € à son compte en banque. Elle vient d'effectuer une rentrée tonitruante dans la dernière étape du GNT à Mauquenchy, s'imposant avec brio. Dimanche, elle sera la candidate la plus riche de l'épreuve.


Sur le même thème : Emeraude de Bais impose ses ambitions finales


Une suite de bonnes décisions
Franck Nivard nous avait rappelé il y a quelques mois : "Emeraude de Bais m’avait tapé dans l’œil le jour du réclamer. Elle m’avait doublé aux tribunes en allant deux fois plus vite que les autres. À l’entrée de la ligne droite, elle avait fait la faute mais avait encore cinquante mètres d’avance. Elle avait un problème d’allures. Une fois achetée, je me suis aperçu qu’elle avait une tendinite. Je me suis dit sur le coup qu’on n’allait pas être bien."
Après plusieurs mois de repos, Franck Nivard décide de l’envoyer chez Benjamin Goetz. Et nous en a expliqué les raisons : "Il a fait du très bon travail avec elle. Ce n’est pas le fait d’aller à la mer car elle n’y va pas tant que cela. Il est fort avec ces chevaux souffreteux. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je lui ai envoyé. Je me souviens d’avoir déjà eu le cas avec RAPID TILLY il y a une dizaine d’années. Il avait le même problème que la jument et il avait fait du très bon travail derrière, même si, bien sûr, il n’avait pas le niveau de ces chevaux-là. Il faut aussi se rappeler de QUEL HERMES."

Une première chance dimanche
Impériale durant le précédent meeting (4 victoires et 181.000 € de gains), Emeraude de Bais a confirmé ses grandes dispositions en mars en concluant deuxième du Critérium de Vitesse de la Côte d'Azur (Gr.1), battue par le champion international VIVID WISE AS. Elle inscrivait en l'occasion à son tableau de chasse VERNISSAGE GRIF, GO ON BOYCHARMANT DE ZACK et DELIA DU POMMEREUX, tous vainqueurs de Groupe 1. Et elle portait aussi son record personnel à 1'09''1. Sur cette valeur et celle montrée lors de sa rentrée victorieuse, le 22 novembre, dans la 14e étape du GNT, elle possède une première chance dimanche dans la Finale du GNT.

Hervé Carlus : "Toucher un tel cheval est exceptionnel"
Plus que d'autres, Hervé Carlus réalise les bonheurs apportés par Emeraude de Bais. Il nous confie sur son actuel état d'esprit : "C'est une histoire qui n'en finit pas. Alors qu'elle n'était qu'à 80 % de ses moyens, elle m'a véritablement étonné à Mauquenchy. Et je n'ai pas été le seul, Benjamin (Goetz) et Franck (Nivard) l'ont été aussi car on courait avant tout afin de la qualifier pour la finale. (...) Pour moi depuis son achat à réclamer par Franck Nivard, c'est un rêve qui se prolonge. Moi qui ai fait toute ma carrière dans les chevaux, je sais très bien que toucher un cheval comme elle est exceptionnel. Ne pensez surtout pas que je sois blasé ! A chaque fois qu'elle court, c'est une fête, ce n'est que du bonheur même quand elle est battue."

Emeraude de Bais dans le GNT 2023
◆ 1 participation : 1re à Mauquenchy le 22 novembre

 


A lire aussi